Collectif Jazz Bretagne
Accueil - Le Collectif - 100 ans du Jazz en Bretagne - Revue de presse - Liens - Contact

coproduction avec les Polarité[S]

NUIT JAZZ & GROOVE
Antiloops
&
Sax Machine

vendredi 3 juin 2016
18h30 - 19h30 happy hour’s musical
Ouverture des portes à 21h
début des concerts à 21h30
Novomax de Quimper

Antiloops, groupe normand créé en 2012 par la flûtiste Ludivine Issambourg (Wax Tailor, UHT, ASM), mélange brillamment le jazz, l’électro-funk et le hip-hop.

Sax Machine avec le saxophoniste Guillaume Sené, le tromboniste Pierre Dandin et le rappeur venant de Chicago RacecaR, évolue dans la même veine incisive et festive.


Antiloops

Antiloops est un projet hybride, à la croisée des chemins entre Jazz, électro funk et hip-hop. Les morceaux composés par Ludivine et son groupe sont emprunts à la fois de beaucoup de sensibilité, d’une énergie indéniable et d’une puissance dans le son.

Antiloops c’est le groupe que Ludivine avait rêvé de créer lorsqu’elle entendait dire que la flûte était un instrument classique, sans volume sonore. Or, son instrument, elle l’a toujours vu comme un moyen d’exploiter une palette de sonorités infinies et de mélanger les styles et univers.


Sax Machine

Trio Jazz Hip-hop, Sax Machine est un retour vers le futur de la « Great Black Music » : Hard-Bop, Afro-Beat, Funk ou Hip-Hop viennent se collisionner pour former un alliage inédit et imparable !

Sax Machine est une formule alchimique imaginée par le talentueux saxophoniste Guillaume Sené (Like Jam, Pillac) et Pierre Dandin (tromboniste de Sergent Garcia, Malted Milk et de Mix City) pour transformer l’art de l’improvisation en un groove cuivré et envoûtant mis en boucle par les loopers et machines.

Racecar, rappeur de Chicago dans le plus pur style Native Tongue de la Côte Est, qui a collaboré aux USA avec Slim Kid Tre de The Pharcyde, Speech de Arested Developpment ou plus récemment à Paris avec Soulsquare (DJ Atom de C2C), DJ Suspect ou encore Alakazam (Zulu Nation), vient mettre le feu à la scène en prouvant que intelligence, positivité et classe peuvent réanimer le hip-hop !


Ouverture des portes à 21h – début des concerts à 21h30

– PREVENTES
– Au Novomax, sans prime de location : 9€ / 11€ / 14 €
– Tarif réduit (étudiants, demandeur d’emploi, -18 ans) : 11 € (+ prime de location)
– Plein tarif : 14 € (+ prime de location)

> Réseau France billet : Carrefour, Géant, Fnac, Système U, Intermarché
www.fnac.com | carrefour.fr | www.francebillet.com
0 892 68 36 22 (0,34 euro/min)

> Réseau Tickenet : Auchan, cora, cultura, e.leclerc, virgin megastore |www.ticketnet.fr
0 89 2 390 100 (0.34 euro /min )

– SUR PLACE, le soir même
– Tarif adhérent Polarité[s] : 9 €
– Tarif réduit (étudiants, demandeur d’emploi, -18 ans) : 11 €
– Plein tarif : 14 €

Renseignements : 02 98 53 14 55


Revue de presse

Publié le 21 mai 2016 / Propos recueillis par Gilles Carrière

Antiloops. Le plein de groove !

Antiloops : un groupe qui jazze et qui groove autour de sa patronne, Ludivine Issambourg. La formation sera, le 3 juin, au Novomax à l’invitation du CJB de Fernand Tanguy et de Polarité[S].
Propos recueillis par Gilles Carrière Antiloops sera la tête d’affiche de la « Nuit Jazz & Groove » organisée conjointement par le Collectif Jazz Bretagne et Polarité[S] le 3 juin, au Novomax. Entretien avec Ludivine Issambourg, la flûtiste et fondatrice du groupe normand.

Antiloops est un projet que vous avez imaginé alors que vous perfectionniez à des techniques instrumentales mêlant jazz, musiques improvisées et électro-funk. Expliquez-nous.
Le groupe, en effet, est le fruit de plus de dix ans d’expériences musicales qui m’ont fait approcher mon instrument de différentes manières. Après avoir emmagasiné plusieurs pratiques et techniques à la flûte, j’ai voulu synthétiser tout ça avec ma personnalité, mon expérience et ma sensibilité...

Sur scène comme en studio, vous utilisez la technique peu connue de la « flûte-box ». De quoi s’agit-il précisément ?
C’est le fait d’adapter la technique de la beat-box sur la flûte. C’est le flûtiste américain Greg Patillo qui en a été le précurseur en 2007 avec sa vidéo « L’Inspecteur Gadget » qui a fait le buzz sur internet dans le monde entier.

L’album « Electroshock » (2015) exhibe en onze titres impeccablement tranchés l’esthétique d’Antiloops. Comment est né ce disque ?
Pendant que je faisais mes études jazz au Cefedem d’Ile-de-France, je ne pouvais pas trop faire de scène. J’en ai profité pour me poser tous les soirs en rentrant des cours et sortir de moi toute cette musique vécue au cours d’une décennie. J’ai mis, en fait, un an à tout écrire, maquetter la musique chez moi sur mon ordinateur. Puis je suis allée chercher les musiciens pour aller en studio : « Electroshock » était né...

Le CD est sorti il y a un an et demi environ. À quand le prochain ?
Nous sommes actuellement en enregistrement du second album dont la sortie est prévue pour l’automne prochain chez Musicast. Des concerts suivront ensuite...

À propos de scène, on vous a vu pétaradante, l’année dernière, sur la scène haut de gamme de Jazz à Langourla (22). Quel souvenir gardez-vous de cette étape en Bretagne ?
C’était super, le lieu était exceptionnel ! L’équipe qui s’occupe de ce festival était vraiment formidable. Le fait de jouer avant Hadouk (NDLR : le groupe de world jazz né en 1996) était, à titre personnel, très chouette sachant que j’écoutais cette formation lorsque j’étais plus jeune. J’ai énormément de respect et d’admiration pour Didier Malherbe. J’apprécie son approche de la flûte comme de la musique.

En fin de compte, Antiloops n’est-il pas taillé tout naturellement pour affronter le public ?
Sur scène, Antiloops exprime une musique hybride, mixée, fusionnée. Mais l’enregistrement compte aussi. Les deux, en fait, sont importants et complémentaires.

Pratique
Le 3 juin à 21 h. Première partie : Sax Machine. Renseignements au 02.98.53.14.55. Préventes au Novomax, sans prime de location : 9 €, 11 €, 14 €. En vente aussi sur www.fnac.com, www.carrefour.fr, www.francebillet.com.

© Le Télégramme
http://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/antiloops-le-plein-de-groove-21-05-2016-11076323.php


Publié le 31 mai 2016 / Propos recueillis par Gilles Carrière
Sax Machine. Un plein de groove et de jazz

Sax Machine
Sax Machine : un trio qui groove. La formation sera en première partie d’Antiloops vendredi au Novomax, à l’invitation du Collectif Jazz Bretagne de Fernand Tanguy et de Polarité[S].

Sax Machine sera l’une des deux formations à l’affiche de la « Nuit Jazz & Groove » organisée conjointement par le Collectif Jazz Bretagne et Polarité[S] vendredi au Novomax. Entretien avec Guillaume Sené, l’un des piliers du groupe.

Dans quelles circonstances est né Sax Machine ?
À l’origine, Sax Machine n’était pas destiné à jouer sur scène. C’était un délire autour des cuivres et des « loopers », autrement dit les boucleurs. Tout a changé lorsque le directeur du Recife Jazz Festival au Brésil est tombé sur notre page MySpace. Il a décidé de nous programmer ! On a créé un set pour l’occasion, trouvé quelques dates en cafés-concerts pour se rôder avant une tournée là-bas, de l’autre côté de l’Atlantique.

Un saxophone, un trombone, un MC américain et des boucles : voilà une recette avec peu d’ingrédients en apparence...
Oui, la formule est simple. C’est un trio. Mais nous avons toute une installation électronique qui nous permet de boucler nos instruments, triturer nos sons et remplacer tout un groupe entier avec seulement deux cuivres. RacecaR, rappeur de Chicago, vient poser des textes quand la mayonnaise est montée...

Comment se partage l’écriture au sein de la troupe ?
Il faut savoir que nous gardons une grosse part d’improvisation pour le live. Chaque concert est différent : nous nous accordons la liberté de nous adapter au public et à l’ambiance du moment. Concernant notre production discographique, le processus de création est plus standard. Chacun ramène ses idées et on arrange ensemble.

Sax Machine évolue dans un maelstrom de hard bop, d’afro-beat, de funk, de hip-hop et de jazz. Dans le lot, un genre réussit-il à prendre le dessus sur les autres ?
Non, pas vraiment ! Nous avons du mal à définir notre musique puisqu’elle est très improvisée en live. Effectivement, nos racines communes sont quelque part entre le jazz, le funk et le hip-hop. Depuis peu, la musique de La Nouvelle-Orléans vient un peu bousculer nos fusions. Pierre (le tromboniste Pierre Dandin, NDLR) et moi avons effectué plusieurs voyages marquants dans cette ville du sud des États-Unis.

Un premier album, « Speed of life » est sorti il y a précisément deux ans. Peut-on espérer un successeur prochainement ?
Oui, nous sommes justement en train de finaliser le mixage de notre futur enregistrement. La sortie est prévue en octobre et nous sommes d’ailleurs à la recherche des bons partenaires pour l’accompagner.

Pratique
Vendredi, à 21 h. Concert principal : Antiloops.
Renseignements au 02.98.53.14.55.
Préventes au Novomax, sans prime de location : 9 €, 11 €, 14 €.
En vente aussi sur www.fnac.com, www.carrefour.fr, www.francebillet.com.

© Le Télégramme
http://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/sax-machine-un-plein-de-groove-et-de-jazz-31-05-2016-11088834.php#cWMI0DJzwXVMGw2v.99


Publié le 3 juin 2016 / Bruno Salaün

Fin de saison au Novomax. Première Nuit jazz & groove

Dernière date de la saison et première Nuit jazz & groove, ce soir, au Novomax. La coproduction entre Polarité[S] et le Collectif Jazz Bretagne porte sur scène les groupes Antiloops et Sax Machine.

« Le Novomax, c’est un lieu de musique et pas seulement de musiques actuelles. C’est inscrit dans le projet. Nous tenons à cette ouverture sur d’autres champs. Le Novomax, c’est aussi un lieu de pratiques sociales : on espère une convergence des musiques, des musiciens, et des publics », rappelle Christophe Dagorne, de Polarité[S]. La programmation croisée, ce soir, d’Antiloops (nu-jazz) et Sax Machine (jazz/hip-hop)* en est une belle illustration. « Fernand Tanguy, du Collectif Jazz Bretagne, est venu me voir avec cette proposition artistique, Antiloops, dans l’idée de la partager et pas de l’imposer. L’équipe a écouté. Nous avons beaucoup aimé cette jeune femme centrée sur le jazz, le hip-hop, le groove, portée sur l’improvisation. Nous avons apprécié la modernité de sa démarche », relate le directeur de l’association. « Cela fait des dizaines d’années que je programme du jazz avec l’envie de défricher, de montrer que le jazz est interprété par de jeunes musiciens, qu’il n’est pas qu’une musique pour vieux, qu’il peut séduire des publics plus jeunes. C’est le sens de notre co-production avec Polarité[S] », signifie Fernand Tanguy, du Collectif Jazz Bretagne (CJB).

« Happy-hour » à 18 h 30

« Il nous a semblé assez naturel pour compléter l’affiche d’y ajouter Sax Machine, emmené par ce rappeur savant, RacecaR, doté d’une vision, celle d’un jazz ouvert sur le monde, d’un jazz enlevé qui nous rappelle que le jazz fut aussi une musique rebelle », explique Christophe Dagorne. « Avec ces groupes, on est dans le non-conformisme, l’audace : je suis très content, vraiment, que cette rencontre puisse intervenir dans cette salle », confie, en écho, le fondateur du CJB. Pour le public, cette rencontre débutera d’ailleurs, entre 18 h 30 et 19 h 30, sous la forme d’une sorte d’happy-hour dans le jardin du Pôle Max-Jacob. Comme une fenêtre ouverte sur des échanges avec les artistes des deux formations. Elle se prolongera dans Le Club (280 places) du Novomax à partir de 21 h, puis par un boeuf à l’issue des concerts. Et dans l’avenir ? « Il y a l’idée de labelliser cette Nuit jazz & groove, de la même façon que nous avons, par exemple des soirées métal, Rising storm avec l’association Echoes of West Horn », répond Christophe Dagorne.

Pratique
Concerts à partir de 21 €. Tarifs : de 9 à 14 €. Tél. 02.98.53.14.55. * Interviews dans Le Télégramme des 21 mai et 1er juin.
© Le Télégramme
http://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/fin-de-saison-au-novomax-premiere-nuit-jazz-groove-03-06-2016-11093137.php#ACjGd3H9XDvIJ0JA.99


02/06/2016 / Carole TYMEN.
Un final jazz et funk pour la saison du Novomax

Ambiance groovy au Novomax pour la dernière affiche de la saison, vendredi. La salle de concerts s’associe au Collectif jazz en Bretagne et propose une soirée cuivrée. Suivez l’actualité en direct et en continu sur

« Le jazz, ce n’est pas que les standards et l’ establishment. C’est aussi des artistes jeunes à la croisée des univers hip-hop et funk. » Fervent défenseur d’un dialogue entre les styles musicaux, le président du Collectif jazz en Bretagne, Fernand Tanguy, attend avec impatience la première Nuit Jazz & groove, qui se tiendra vendredi, au Novomax. À l’affiche de cette programmation inédite pour la jeune salle de concerts quimpéroise : deux groupes « audacieux » comme les qualifie Christophe Dagorne, le directeur du Novomax et co-organisateur de l’événement. Dans cette collaboration musicale inédite, Antiloops est l’apanage de Fernand Tanguy. Le mélomane a eu le coup de foudre pour la formation portée par la flûtiste Ludivine Issambourg lors du Fest Jazz de Langolen.

Rappeur de Chicago

La belle qui a fait ses classes auprès du chef de file de la scène trip hop et hip-hop française, Wax Tailor, rassemble autour d’elle, Nicolas Dérand, Timothée Robert, Maxime Zampieri et Mr Gib, tous issus d’univers musicaux différents. Le résultat donne un « chatoyant bouquet jazz, électro funk et hiphop » assure celui qui fut un temps, la cheville ouvrière des Aprem Jazz de Quimper. Le trio Sax Machine repose, lui, sur le couple rennais formé par le saxophoniste Guillaume Sené et le tromboniste Pierre Dandin. Leur musique matinée à l’afro-beat et au funk vient porter la voix du rappeur RacecaR. Originaire de Chicago, le chanteur s’inscrit dans la tradition des « rappeurs savants », formés dans les conservatoires et inspiré par la vie de la côte est américaine des années 1990.

Jazz debout

En plus d’abaisser les barrières entre les styles, les organisateurs cassent aussi la mise en forme de la rencontre. Pour sa petite jauge (280 places), « proche des ambiances de clubs de jazz, le Novomax est la structure idéale pour accueillir ce type de proposition artistique. C’était la salle qu’il manquait à Quimper. » Pas de place assise donc. « Tout le monde debout, comme dans un concert de hip-hop ou de rock » , milite Fernand Tanguy. En amont du concert, une « happy hour » permettra au public et aux curieux d’échanger avec les artistes dans les jardins du Pôle Max-Jacob. De quoi donner envie aux plus réticents d’assister au concert qui devrait s’achever par un final commun des deux formations.

Carole TYMEN.

Vendredi 3, à partir de 18 h 30. Concert à 21 h. Tarifs : 14 €, adhérent Polarité [s] et Collectif jazz Bretagne : 9 €, réduit (étudiants, demandeur d’emploi, -18 ans) : 11 €.

http://www.ouest-france.fr/bretagne/quimper-29000/


02/06/2016 / Sébastien Joncquez

Quand jazz et groove ne font qu’un !

Une soirée comme on les aime — généreuse, festive, innovante — est au programme ce vendredi 3 juin au Novomax.

Fernand Tanguy et Christophe Dagorn, un même amour de la musique

À l’évocation d’une soirée jazz, plus d’un passe son tour. Sans trop regarder ce qu’il y a derrière. « Le jazz a été, dans les années 70-80, institutionnalisé. Ce qui l’a coupé un peu de son esprit “club” », explique Christophe Dagorn, directeur des Polarité(s), association qui gère la salle du Novomax.

Conçue avant tout pour les musiques dites actuelles, on pourrait en effet bien se demander ce que viennent faire des jazzmen ici. « Si nous voulons montrer que le jazz est une musique très actuelle, ancrée dans son époque, une musique de jeunes (sourires), nous devons aller vers ce public et dans les lieux qu’il fréquente », déclare l’inénarrable Fernand Tanguy, président du collectif Jazz Bretagne, initiateur de cette soirée.

L’histoire d’une proposition

Car c’est lui qui est venu voir Christophe Dagorn — qu’il connaît depuis de nombreuses années — pour lui faire part de sa volonté de présenter du « jazz contemporain, bien connecté à son époque ».

Il vient avec sa proposition : Antiloops, un projet musical porté par Ludivine Issambourg — qui a fait ses classes chez Wax Taylor, excusez du peu ! « Nous avons rebondi et proposer à notre tour Sax Machine, groupe que nous souhaitions faire venir depuis pas mal de temps », poursuit le directeur. Avec ce trio, certains pourraient se demander quel est le rapport avec le jazz. Pourtant, les trois musiciens d’exception reprennent l’art de l’improvisation propre au jazz des origines des clubs tout en intégrant des sonorités afro-beat, du funk et du hip-hop. « Le jazz est sans frontière », assure Fernand Tanguy. Le public du Novomax devrait en avoir confirmation lors de cette soirée qui s’annonce groovy, jazzy et funky. En cas de succès, l’expérience sera sans aucun doute renouvelée.

Pratique. Nuit Jazz & Groove vendredi 3 juin à partir de 21 h. Rens. : 02 98 53 14 55. Tarifs : de 9 à 14 euros.

http://www.cotequimper.fr/2016/06/02/quand-jazz-et-groove-ne-font-qu-un/


5 juin2016 / Gilles Carrière

Sax Machine, suivi d’Antiloops, vendredi soir, au Novomax. Le public a goûté à une première « Nuit Jazz & Groove » plutôt savoureuse.

Ludivine Issambourg, d’Antiloops, vendredi, au Novomax, dans le cadre de la « Nuit Jazz & Groove ».

Vendredi soir, au Novomax, c’était fromage et dessert. En d’autres termes, le public avait l’embarras du choix avec, au menu, Sax Machine puis Antiloops. Aux fourneaux, le Collectif Jazz Bretagne et Polarité[S] qui parrainaient cette première « Nuit Jazz & Groove » dans un Novomax aux deux tiers (enfin presque) remplis : 160 entrées dont 143 payantes. Avouons-le : la réussite de ce rendez-vous à deux repose sur une bonne dose de feeling et une cohérence dans la programmation. Qu’on l’aime ou non, Antiloops sait créer une ambiance, allumer la flamme d’un jazz que d’aucuns jugent un brin décrépi en le rhabillant de touches très urbaines et contemporaines. Antiloops, c’est un peu le groupe chouchou de Fernand Tanguy, le président du Collectif Jazz Bretagne qui avait découvert par hasard ces Normands à l’été 2015, à Langourla (22). La formation propose un son hybride, mixé, fusionné qui lorgne vers le funk et le rock. D’emblée, le morceau « Yep » déploie un clavier actif, une flûte hypnotique (celle de Ludivine Issambourg, la patronne), des samples carrés et une basse rondelette. La jolie Ludivine sue à pleines gouttes, son band suit sans souffler la cadence, bref c’est un voyage en première en classe ! En préambule, Sax Machine avait fait le job avec, en MC, le charismatique RacecaR. Hip-hop et jazz font bon ménage ; Sax Machine et Antiloops aussi d’ailleurs ! Pour preuve, en bout de set, tard dans la nuit, les deux ont partagé la scène le temps d’un morceau.

© Le Télégramme
http://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/novomax-antiloops-la-formule-qui-groove-05-06-2016-11095288.php#lsc96HzSwCoCgGFt.99


Voir en ligne : Le NOVOMAX de Quimper

Portfolio

Jazz en Bretagne

Revue de presse

Les Cent ans de jazz en mer d’Iroise, fin août

Le 27 décembre 1917, le navire de guerre américain Pocahontas virait au large de l’île d’Ouessant avec, à son bord, James Reese Europe et les soixante musiciens de son Harlem Hellfighters brassband.
Pour fêter les 100 ans du jazz en Bretagne, le (...)


« 100 ans du jazz » en Finistère. Sessions à Ouessant et Quimper

Le Collectif Jazz Bretagne commémore les « 100 ans du jazz » dans la région. Il programme une session, du 24 au 27 août, lors du Salon international du livre insulaire d’Ouessant. Il envisage aussi un hommage au batteur Philippe Briand, avec la (...)


Antiloops. Le plein de groove !

Antiloops : un groupe qui jazze et qui groove autour de sa patronne, Ludivine Issambourg. La formation sera, le 3 juin, au Novomax à l’invitation du CJB de Fernand Tanguy et de Polarité[S]. Propos recueillis par Gilles Carrière Antiloops sera la (...)


Jazz. Une Cornouaille qui swingue !

La saison jazz tire déjà à sa fin en Cornouaille ! Sans conteste, le cru 2015-2016 est sorti des meilleurs fûts, tirant un nectar à la fois savoureux et roboratif. Au menu : une kyrielle de shows passionnés servis sur de la vaisselle en argent, les (...)


Philippe Briand. La mémoire jazzy de Cornouaille

« Dans l’ombre du Mont Frugy - jazz à bâtons rompus » : le jazzman quimpérois Philippe Briand y raconte son parcours de musicien. Et celle du swing en Cornouaille depuis les années 60. Un splendide pavé numérique de quelque 300 pages publié chez (...)


0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25

RSS 2.0   Collectif Jazz Bretagne - 8 bis, rue de Ty Coat, 29510 Landrevarzec
| Se connecter | site réalisé avec SPIP