Collectif Jazz Bretagne
Accueil - Le Collectif - 100 ans du Jazz en Bretagne - Revue de presse - Liens - Contact

Gerlinde Grégorits. Une peinture très séduisante

Le Télégramme 1 octobre 2014 / Éliane Faucon-Dumont /

Il reste encore deux jours pour visiter l’exposition de Gerlinde Grégorits à la Taverne des halles. Organisée par le collectif Jazz Bretagne, cette manifestation entend « donner la parole aux femmes peintres et unir la peinture au jazz ». Gerlinde Grégorits est née en Autriche. Elle a toujours aimé la peinture et, en particulier, celle de son compatriote Oskar Kokoschka. Son style est bien moins tourmenté que celui de son illustre « maître », mais il y a toujours quelque chose d’un peu étrange, d’un peu mystérieux dans sa manière de représenter ses personnages, ses paysages. Son premier professeur, Hilda Uccusics, l’a beaucoup marquée. À Quimper, elle a suivi, aux Beaux-Arts, les cours de Pol Guezennec qui influence encore ses toiles. D’autres professeurs, aux Beaux-Arts de Rennes, ont aussi fait avancer la jeune artiste.


« Vues de Quimper »

À la Taverne des halles, elle expose ses « Vues de Quimper ». Voici la cathédrale peinte sur un fin papier. Les flèches de l’édifice ont quelque chose d’une BD, de faussement naïf. Le théâtre Max-Jacob inspire également Gerlinde Grégorits. Plus loin, un ciel jaune presque menaçant abrite un paysage de rêve. « Il se pourrait que ma toile parle de la fin du monde ». Trois femmes, presque naïves, posent face au peintre. « Pol Guezennec nous avait demandé de représenter des femmes prêtes pour l’échafaud ». Rien de dramatique pourtant dans ce portrait à trois. Bien plus tourmenté est la toile suivante, une femme, dissimulée sous des couches de rouge, pleure au-dessus de l’océan. Ses larmes salées se mêlent à l’eau salée de la mer. « J’aime ce symbole » confie Gerlinde Grégorits. L’accrochage des toiles, très habilement fait, donne à chaque tableau de séduisantes allures de vitraux. À partir de vendredi, les toiles d’Anne Gloux remplaceront, jusqu’au 7 novembre, celles de Gerlinde Grégorits.


Voir en ligne : © Le Télégramme - Plus d’information sur

Jazz en Bretagne

Revue de presse

Antiloops. Le plein de groove !

Antiloops : un groupe qui jazze et qui groove autour de sa patronne, Ludivine Issambourg. La formation sera, le 3 juin, au Novomax à l’invitation du CJB de Fernand Tanguy et de Polarité[S]. Propos recueillis par Gilles Carrière Antiloops sera la (...)


Jazz. Une Cornouaille qui swingue !

La saison jazz tire déjà à sa fin en Cornouaille ! Sans conteste, le cru 2015-2016 est sorti des meilleurs fûts, tirant un nectar à la fois savoureux et roboratif. Au menu : une kyrielle de shows passionnés servis sur de la vaisselle en argent, les (...)


Philippe Briand. La mémoire jazzy de Cornouaille

« Dans l’ombre du Mont Frugy - jazz à bâtons rompus » : le jazzman quimpérois Philippe Briand y raconte son parcours de musicien. Et celle du swing en Cornouaille depuis les années 60. Un splendide pavé numérique de quelque 300 pages publié chez (...)


100 ans de jazz

Dirigée par le Quimpérois Fernand Tanguy, l’association Collectif Jazz Bretagne (CJB) compte préparer un événement pour le centenaire du jazz dans la région. Quelques idées commencent à germer. La période estivale constitue traditionnellement un temps (...)


Jazz en Cornouaille.

La Cornouaille s’affirme au fil des années comme une terre de jazz. En dépit de la crise, l’offre perdure à Quimper prioritairement mais aussi à Fouesnant, Pont-l’Abbé et Concarneau. Le jazz est souvent qualifié de niche. Il n’est pas rare, néanmoins, (...)


0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25

RSS 2.0   Collectif Jazz Bretagne - 8 bis, rue de Ty Coat, 29510 Landrevarzec
| Se connecter | site réalisé avec SPIP